Actualités

Promotion touristique et développement économique

Le 01 février 2018

Photo (de g. à d.) : Bernard Devic, Président du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, Laure d'Andoque, co-gérante de l'abbaye de Fontfroide, Jacques Bascou, Président du Grand Narbonne, Didier Codorniou, Président de Grand Narbonne Tourisme, Maire de Gruissan, Didier Mouly, Président de l'office de tourisme de Narbonne, Maire de Narbonne, et Nicolas Sainte-Cluque, Conseiller départemental de l'Aude.

Au travers de l’appel à projets « grands sites Occitanie », la région Occitanie souhaite renforcer la qualité de son réseau de sites touristiques ainsi que son impact sur l’économie locale. Ainsi, la région Occitanie met en place un dispositif d’accompagnement et de soutien financier des territoires labellisés dans leurs projets de préservation et de médiation culturelle, d’amélioration de la qualité de l’accueil, des services, des produits et des aménagements.

Le Grand Narbonne et ses partenaires se portent candidats à la labellisation « grands sites Occitanie »

La Région, le Département, le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, la Ville de Narbonne, Voies navigables de France, l’abbaye de Fontfroide, Grand Narbonne Tourisme et l’Office de Tourisme de Narbonne se sont associés pour construire une réponse forte et cohérente, en adéquation avec les marqueurs identitaires de la Narbonnaise et les stratégies de préservation, de valorisation et d’innovation engagées par chacun.

Rejoindre le réseau des « grands sites Occitanie » représente un véritable enjeu en termes de notoriété à l’échelle nationale et internationale, ainsi qu’un puissant levier de développement économique et territorial.

Deux « cœurs emblématiques » et trois sites majeurs

Pour répondre à l’appel à projets, Le Grand Narbonne, la Ville de Narbonne, le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, l’abbaye de Fontfroide et les Offices de Tourisme de Narbonne et du Grand Narbonne ont identifié deux sites « cœurs emblématiques »...
- le « site patrimonial remarquable » de Narbonne, labellisé Ville d’art et d’histoire,
- l’ensemble « canal du Midi, canal de jonction, canal de la Robine », classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, et le hameau du Somail ;

Narbonne, les canaux

... et trois sites de visites majeurs :
- l’ensemble monumental du palais des archevêques de Narbonne : le palais, la cathédrale Saint-Just Saint-Pasteur, le jardin de l’archevêché, le cloître, le passage de l’ancre ;
- l’abbaye de Fontfroide ;
- le NarboVia, musée régional de la Narbonne antique.

Palais des archevêques, NarboVia et abbaye de Fontfroide

La candidature à l’appel à projets « grands sites Occitanie » comprend également une feuille de route stratégique pour chaque « grand site » et sa zone d’influence, avec la présentation de projets de préservation, de valorisation, d’innovation en termes de médiation, culture et environnement à l’horizon 2022.

Cœurs emblématiques

Le label « grands sites Occitanie » permettra de valoriser le potentiel et d’accompagner le développement de l’offre touristique de chaque site retenu. De plus, les projets de préservation et de sauvegarde patrimoniaux et environnementaux témoignent de l’ambition des politiques de promotion touristique et d’aménagement engagés par chaque partenaire.

1.Site patrimonial remarquable de Narbonne
Narbonne ©C. Cruells

Avec plus de 800 000 visiteurs en centre-ville en 2017, la Ville de Narbonne, labellisée Ville d’art et d’histoire, est le témoignage exceptionnel de la continuité d’un site urbain sur plus de deux millénaires d’histoire, à un emplacement d’une importance stratégique et commerciale lié à la Méditerranée, à l’Aude et aux axes de communication. La Ville de Narbonne comprend 58 sites et monuments historiques classés ou inscrits.
La zone concernée par la candidature est traversée par le canal de la Robine et comprend les deux quartiers Cité et Bourg du centre historique.

Projets de préservation et de valorisation du patrimoine
La Ville de Narbonne, engagée dans une démarche de protection et de mise en valeur de son patrimoine multiséculaire, met également en œuvre un projet global sur les diverses composantes de la vie de la cité : la culture, l’habitat, le cadre de vie, l’activité commerciale, l’attractivité du centre historique, notamment touristique, et enfin le maintien ou la création d’équipements publics.
Plus précisément, concernant le site patrimonial remarquable, divers outils, tels le plan de sauvegarde et de mise en valeur, l’intervention d’un architecte-conseil au sein de la cellule "site patrimonial remarquable", l’intervention de l’unité départementale de l’architecture et du patrimoine et de nombreuses mesures de valorisation de l’habitat permettent d’inscrire, dans le temps, un aménagement et un urbanisme durable et préservé.

2.Canal du midi, canal de jonction, canal de la Robine et le hameau du Somail
Le Somail ©C. Baudot

Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le canal du Midi, construit entre 1667 et 1681 par Riquet, relie Toulouse à la Méditerranée. Le canal du Midi traverse le territoire du Grand Narbonne où de nombreux ouvrages d’art et sites patrimoniaux sont à découvrir, comme sur la commune de Sallèles-d’Aude, le Pont-canal de la Cesse, unique en Europe, l’épanchoir des Patiasses, le Gailhousty ; sur la commune de Ventenac-en-Minervois, le plus ancien pont-canal toujours utilisé en France, le pont-canal du Répudre ; sur la commune de Moussan, la chaussée de Moussoulens, la Porte de Défense et le pont de Moussoulens ; sur la commune de Narbonne, le pont des Marchands et le Moulin du Gua.
Sur le territoire, près de 50 000 touristes empruntent le canal du Midi tandis que 25 000 voyagent sur le canal de jonction et la Robine. On compte par ailleurs près de 90 000 cyclistes sur les chemins de halage et quelque 140 000 sur les bords de la Robine entre Narbonne et Port-la-Nouvelle.
À la croisée de Sallèles-d’Aude, Saint-Nazaire-d’Aude et Ginestas, le hameau du Somail, une des étapes incontournables du périple des voyageurs entre Toulouse et Agde, est l’un des emblèmes du canal du Midi. Plus de 150 000 visiteurs viennent le visiter chaque année.

Devant le caractère patrimonial et le potentiel touristique et économique du hameau du Somail, Le Grand Narbonne, aux côtés de Voies navigables de France (VNF) et des communes concernées, a élaboré un ambitieux projet d’aménagement et de requalification du site pour maintenir le patrimoine, organiser les activités fluviales et valoriser le canal du Midi. Dans ce cadre, une charte de partenariat a été signée pour protéger et mettre en valeur les richesses naturelles et patrimoniales du site. Un plan d'aménagement privilégiant l’insertion paysagère et la restauration des éléments architecturaux a été défini. Le projet entre actuellement dans sa phase opérationnelle.

Les sites majeurs

1.L’ensemble monumental de Narbonne
Cathédrale ©Le Grand Narbonne

Le palais des archevêques, grand ensemble architectural de Narbonne, doit son caractère exceptionnel à la conservation de la totalité de ses composantes bâties. Le palais lui-même, à la fois résidence et forteresse, la cathédrale, le cloître, le jardin de l’archevêché et la rue pavée du passage de l’Ancre, forment un véritable quartier monumental en rive gauche de la Robine. Il appartient également, comme la cité de Carcassonne, aux grands chantiers de Viollet-le-Duc en Occitanie : l’architecte a réaménagé sa façade et réalisé de très riches décors peints au milieu du XIXe siècle. Le palais des archevêques a enfin la particularité d’être à la fois un monument historique et un musée de France. Depuis 1833, sous l’impulsion de Paul Tournal, ses salles abritent une vaste collection d’art et d’archéologie.

Projets de préservation et de valorisation du patrimoine
Afin de présenter la richesse multiséculaire de son patrimoine historique, en complémentarité avec l’axe antique, la Ville de Narbonne a engagé un important projet de rénovation et de restructuration du palais des archevêques (2017-2023). L’objectif est de repenser globalement l’exploitation de l’ensemble monumental (accueil, accessibilité, offre de visite…).

Le palais des archevêques s’est ainsi doté d’un nouveau projet scientifique et culturel, qui propose la fusion des deux musées existants afin de développer un seul établissement, le palais-musée des archevêques de Narbonne. Le but poursuivi est de mieux valoriser l’ensemble monumental, de revoir les parcours de visite et les outils de médiation, et de repenser la présentation des collections muséales autour des fonds d’archéologie préhistorique, médiévale et d’art, en complémentarité avec les collections romaines de la Ville de Narbonne qui rejoindront prochainement le nouveau musée régional de la Narbonne antique (NarboVia).

2.NarboVia
NarboVia ©F. Hédelin

Porté par la région Occitanie, le musée régional de la Narbonne antique (NarboVia), signé par Norman Foster et le muséographe Adrien Gardère, est en cours de construction à l’entrée est de Narbonne, en lien avec le canal de la Robine. Le bâtiment devrait ouvrir ses portes en 2019.

NarboVia a pour vocation de valoriser le rôle historique majeur joué par Narbo Martius dans la construction du bassin méditerranéen, de révéler « l’invisibilité urbaine » de l’ancienne capitale de province romaine et de partager ses collections antiques exceptionnelles (la collection lapidaire et la collection d’enduits peints du Clos de la Lombarde). Au-delà d’un musée archéologique traditionnel, NarboVia a pour ambition de redonner son identité antique à la ville de Narbonne, de développer une activité de recherche scientifique de pointe et de contribuer à une large promotion touristique du territoire, sur le plan national et à l’international.

Amphoralis : un musée - site archéologique tourné vers l’archéologie vivante
Aujourd’hui géré par Le Grand Narbonne, Amphoralis témoigne de l’occupation romaine et de la prospérité du commerce antique. À la suite de fouilles archéologiques qui ont révélé l’activité de ce village de potiers, les chercheurs se sont attelés à faire revivre leurs gestes grâce aux expérimentations archéologiques. Dans le parc du musée, des reconstitutions de fours, d’habitats, d’un jardin et d’un arboretum plongent le visiteur dans l’univers des potiers à l'époque romaine.

L’Horreum : un lieu de visite unique et insolite
A deux pas de la portion de la Via Domitia conservée au pied du palais des archevêques, se trouvent les seuls vestiges en place actuellement visibles d’un monument romain à Narbonne, l’Horreum, dont un des sens en latin est entrepôt. Près du forum, ancien cœur de ville antique, cet espace central recevait certaines des activités commerciales de la cité.

NarboVia et la cité muséale (Amphoralis, Horreum)
Autour du NarboVia va se développer une cité muséale avec l’adjonction au périmètre du futur musée des deux musées déjà ouverts au public, Amphoralis et l’Horreum. Le mode de gouvernance de cette future structure est en cours de réflexion. Actuellement, le NarboVia est géré en régie directe par la région Occitanie, Amphoralis par Le Grand Narbonne et l’Horreum par la Ville de Narbonne ; leur mise en synergie relève d’un projet de territoire.

3.L’abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide ©H. Gaud

Au cœur d’un important massif naturel classé sur le territoire de la Ville de Narbonne, l’abbaye Sainte-Marie de Fontfroide est l’une des rares abbayes cisterciennes entièrement conservées. Elle fut le bastion de la foi catholique face à l’hérésie cathare et entretient avec Narbonne des liens très étroits dès sa fondation au XIe siècle. Son architecture apparaît comme un art de transition entre le roman et le gothique, associant la tradition romane méridionale aux nouveautés en matière de voûtement notamment, introduites par les bâtisseurs cisterciens. Aujourd’hui, l’abbaye de Fontfroide est un site patrimonial privé. Tout au long de l’année, l’abbaye propose un programme d’animations dont le prestigieux festival « Musique et Histoire pour un dialogue interculturel » dirigé par Jordi Savall.

Ce site emblématique, l'un des mieux conservés du sud de la France, attire plus de 130 000 visiteurs par an, dont plus du quart viennent de pays européens et du reste du monde.

Projets de préservation et de valorisation du patrimoine
L’abbaye de Fontfroide a engagé un important projet culturel scientifique et touristique (2015-2018) qui prévoit l’enrichissement des contenus culturels et l’amélioration de l’accueil touristique afin de développer l’attractivité du site. Cela passe par la mise en place d’une politique culturelle et scientifique ambitieuse autour notamment, du développement de la vie intellectuelle et artistique, ainsi que d’une programmation culturelle plus structurée et d’un nouvel événement culturel.

Les atouts de la candidature

La Communauté d’agglomération s’appuiera sur Grand Narbonne Tourisme et l’office de tourisme de la Ville de Narbonne, en collaboration avec les offices de tourisme des stations classées.
Le Grand Narbonne et ses partenaires s'engagent à mettre en place une stratégie de développement touristique responsable, en développant l’écotourisme et les circulations douces entre les sites, les efforts de structuration de l’offre et l’adaptation aux demandes des touristes.

Une marque de destination touristique commune, la Narbonnaise surprenante Méditerranée
Les offices de tourisme de la Ville de Narbonne, des stations classées Tourisme et de Grand Narbonne Tourisme partagent et soutiennent la promotion de la Narbonnaise, surprenante Méditerranée.

L’office de tourisme de Narbonne, classé en catégorie 1, accueille un flux de visiteurs annuel et développe des opérations marketing ciblées vers les marchés nationaux et internationaux porteurs pour le territoire. Il met en place des actions concertées avec les professionnels pour proposer un accueil optimal et développer une offre de qualité, correspondant aux attentes de sa clientèle internationale. Les visiteurs étrangers ont ainsi représenté plus de 47% des visiteurs accueillis au siège de l’office en 2017 avec, en tête des nationalités, les Espagnols friands de patrimoine, qui représentent à eux seuls 21 % de la fréquentation. En 2017, le centre historique de Narbonne a accueilli 847 348 visiteurs (soit une progression de + 37%).
Le projet Grand Site d’Occitanie et les investissements consentis auront vocation à faire rayonner ce flux de clientèle sur l’ensemble de la Narbonnaise.

Grand Narbonne Tourisme construit et anime la stratégie de développement touristique de la Narbonnaise en lien avec les acteurs institutionnels, les professionnels du tourisme et les habitants du territoire. Il travaille en étroite collaboration avec les stations classées de tourisme pour promouvoir la destination auprès de clientèles ciblées. Il développe l’animation et la promotion des parcours culturels de la Narbonnaise avec les communes et participe à la valorisation d’un tourisme itinérant et autour du patrimoine et des savoir-faire locaux. Enfin, il assure l’accueil numérique des visiteurs sur l’ensemble de la destination, avec entre autres un site web de destination très qualitatif et la gestion du wifi territorial gratuit dans chaque commune.

Les sites de la candidature au label « grands sites Occitanie », sont tous engagés dans une stratégie de développement, au travers d’innovations en matière de médiation et de technologie. Ainsi, le site patrimonial de Narbonne développe les visites, conférences, en fonction de tous ses publics. La maison Bonnal, bureau d’information touristique de Grand Narbonne Tourisme, situé au Hameau du Somail, présente deux salles multimedias sur l’histoire du canal du Midi, de la Robine et de Jonction avec de nombreux outils de médiation innovants, tout comme le musée Amphoralis à Sallèles-d’Aude.

À l’échelle de chaque lieu de visite majeur, l’ensemble monumental du Palais des Archevêque de Narbonne et l’abbaye de Fontfroide ont pour projet le déploiement ou la refonte des outils de médiation numériques : site internet, tablettes, adaptés à tous les publics (jeunes, en situation de handicap, etc.) ainsi que des vidéos et de nombreux contenus. Enfin, le NarboVia et la cité muséale qui comprend Amphoralis et l’Horreum mettra en œuvre une stratégie de valorisation de ses collections qui s’appuie sur des outils de médiation numériques, salle d’exposition, animations et un lien fort avec les chercheurs.

Les projets de la candidature

Le Grand Narbonne a construit un ambitieux programme de projets sur cinq ans d’un montant estimé à 51 millions d’euros afin de renforcer l’attractivité de chaque site. Ce programme s’articule autour de quatre thématiques : sauvegarde, architecture, médiation et promotion numérique.

Quelques exemples de projets

- Sauvegarde, restauration :
Le Somail : restauration du pont vieux, de la chapelle et de la Glacière
Narbonne : restructuration du Palais-musée des Archevêques

- Accueil, médiation :
Construction d’un bâtiment d’accueil, boutique et caveau à l’abbaye de Fontfroide, création d’un espace d’interprétation dédié au monument et à Gustave Fayet, refonte des cheminements ; création d’un outil de découverte numérique du patrimoine romain de Narbonne et de son territoire porté par NarboVia, aménagement des offices de tourisme de Grand Narbonne Tourisme et de la Ville de Narbonne comme lieux de médiation du patrimoine.
Narbonne : Mise en place d’une signalétique patrimoniale dans les quartiers de Bourg et de Cité.

- Promotion numérique :
créer un portail web Grand Site Occitanie pour la destination en lien avec les sites des offices de tourisme, installer des webcam sur les sites, déployer un programme d’ambassadeurs de la destination touristique la Narbonnaise surprenante Méditerranée.

- Architecture, urbanisme et patrimoine :
Le Somail : mise en lumière et signalétique du hameau, piétonnisation du pont
Narbonne : aménagement de l’entrée est de la ville, requalification des berges du Canal de la Robine, valoriation du domaine du Grand Castelou.

Cartes de présentation

La candidature à la labellisation « grands sites Occitanie » met en valeur les trois thématiques historiques sur l’ensemble du territoire : Narbonne antique et romanité, période médiévale et dépendances, ouvrages d’art des canaux.
La notion de réseau de grands sites à l’échelle régionale est une plus-value importante.

Visualiser la carte « Les canaux  »
Visualiser la carte « Les grands sites patrimoniaux »
Visualiser la carte « Présentation générale »