Actualités

Évolution de la salinité des sols et de la nappe phréatique en basse vallée de l'Aude

Le 16 mai 2019

Photo : La conférence de presse de présentation s'est tenue le 16 mai 2019 en présence, notamment, de (de g. à d.) : Sophie Courrière-Calmon, Conseillère régionale représentant Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Dominique Colin, Directeur délégation Montpellier Agence de l'eau, Magali Vergnes, Vice-présidente du Grand Narbonne déléguée à l'agriculture, la viticulture, l'œnotourisme, la coopération décentralisée et aux fonds européens, Bernard Devic, Président du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, Ariane Blum, Directrice régionale Occitanie du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), et Pascal Peny, Chef du service Partenariats de l'Institut national d'études supérieures agronomiques de Montpellier (SupAgro).

Depuis plusieurs années, la salinisation des sols et de la nappe phréatique en basse vallée de l’Aude entraîne des dommages dans le domaine de l’agriculture, l’eau ou encore les espaces naturels.

Le Grand Narbonne et le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée ont donc lancé un programme d’études et de recherche s’appuyant sur l’expertise du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) et de Montpellier Supagro, avec le concours financier de l’Agence de l’eau et de la région Occitanie.
Ce projet, co-construit par les quatre partenaires, s’élève à 459 000 € et bénéficie du soutien financier de l’Agence de l’eau Méditerranée Rhône Corse et de la Région Occitanie. Il s’appuie également sur les compétences de deux partenaires techniques : la Chambre d’Agriculture de l’Aude et l’Union d’ASA de l’est audois (associations d’irrigants).

Le programme a pour objectifs de mieux comprendre le phénomène de la salinisation et proposer des solutions pour une agriculture durable, ainsi que pour la préservation des ressources en eau et de la biodiversité.

État des lieux géologique

Ancienne lagune, la basse plaine de l’Aude a toujours connu des remontées de sel sur ses terres agricoles, pour la plupart viticoles.

Datant du XIIIe siècle, la pratique de la submersion des vignes en hiver permet d’apporter une réponse sur certains secteurs, en lessivant les sels au-delà de la zone racinaire.

Cependant, depuis plusieurs années, le phénomène de salinisation s’accentue : de nouvelles parcelles sont touchées, le rendement des vignes baisse et la mortalité des ceps s’accroît. Ce phénomène amène à terme une stérilisation des sols, causant aussi d’importants dommages sur l’environnement, la faune et la flore. Par ailleurs, la baisse des pluies, l'augmentation des températures, ainsi que la montée du niveau de la mer renforcent la vulnérabilité du territoire.

Périmètre étudié

Il s’agit de la basse plaine de l’Aude, limitée au Sud par la mer Méditerranée et les étangs côtiers, à l’Est par le massif de la Clape qui culmine à 214 m, au nord par les reliefs de la région de Nissan-les-Ensérunes et la cuvette de l’étang de Capestang et à l’ouest par les premiers contreforts des Corbières.

Il comprend les communes de : Armissan, Coursan, Cuxac-d’Aude, Fleury d’Aude, Gruissan, Narbonne, Salles-d’Aude et Vinassan.

Déroulement du programme – Quatre grandes étapes, de 2019 à 2021

1. Réalisation d’un état des lieux sur l’état qualitatif des sols et de la nappe souterraine.
2. Caractérisation du fonctionnement hydrogéologique de la nappe, des relations sol/nappe, définition des différents termes du bilan hydrologique et de l’origine de la salinité.
3. Évaluation des impacts du changement climatique sur l’état quantitatif et qualitatif du système (en particulier, évaluation de l’évolution de la salinité). Analyse de l’impact des pratiques actuelles de gestion des espaces agricoles et non agricoles sur la salinité.
4. Proposition de scénarios d’adaptation, pour concevoir notamment une agriculture durable, un maintien de la qualité de l’eau de la nappe et un bon état des espaces naturels.

Réunions publiques et enquêtes de terrain

Tout au long du projet, le Grand Narbonne, le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée et leurs partenaires organiseront des réunions d’information sur le programme de recherche.

Agriculteurs, viticulteurs et habitants seront sollicités, notamment au travers d’enquêtes de terrain. Par exemple, pour contribuer aux études des sols et de l’eau, les agriculteurs du périmètre d’étude pourront donner des échantillons de leurs terres à analyser.
Également, les particuliers qui disposent d’un puits sur leurs terres pourront entrer en contact avec les organismes de recherche, afin que des tests soient réalisés sur site sur la teneur en sel de l'eau.

Contacts

BRGM
Perrine Fleury : 04 67 15 79 68 – p.fleury@brgm.fr

Montpellier Supagro
François Colin : 04 99 61 22 51 – colinf@supagro.fr