En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Actualités

Le Grand Narbonne et SUEZ inaugurent le "BioRessourceLab"

Le 08 juin 2021

Dans le domaine de la transformation des déchets organiques en bioressources,
le BioRessourceLab va permettre d'apporter des réponses concrètes aux défis démographique, climatique et de raréfaction des ressources.

Le BioRessourceLab a pour objectif d’améliorer les solutions et technologies de traitement existantes et d’explorer de nouvelles voies de valorisation des déchets organiques pour produire des bioénergies, des biocarburants, des biomatériaux, des fertilisants alternatifs, et des molécules pour la chimie verte.

Photos :
Inauguration du BioRessourceLab mardi 8 juin 2021, en présence notamment de : Maître Didier Mouly, Maire de Narbonne, Président du Grand Narbonne, Guillaume Heras, Vice-Président du Grand Narbonne en charge des ressources humaines et des relations sociales, de la gestion et de la valorisation des déchets et de l’économie circulaire, du projet de territoire et du Conseil de développement (CODEV), Alain Perea, Député de l'Aude, Jean-Marc Boursier, Directeur Général Adjoint de SUEZ en charge de la région France et des opérations, Xavier Litrico, Directeur recherche et scientifique de SUEZ.

Valorisation des déchets, le contexte :

Selon la Banque Mondiale, d’ici 2050, le tonnage des déchets générés sur la planète augmentera de 70 % par rapport à 2016.
Les politiques réglementaires et les acteurs de la société civile impulsent des évolutions en matière de gestion des déchets, pour favoriser leur réduction et leur valorisation. Par exemple, d’ici 2023, la collecte séparée des déchets alimentaires deviendra obligatoire au sein de l’Union Européenne.

Ce tri généralisé doit permettre de limiter les impacts environnementaux liés à l’enfouissement des déchets et d’atteindre les objectifs européens de réduction des déchets enfouis.
Dans la même dynamique, le Plan d’Action pour l’Économie Circulaire requiert de nouvelles solutions pour augmenter la proportion des flux valorisés, comme par exemple pour les papiers et cartons souillés, souvent de mauvaise qualité pour les filières actuelles de recyclage en papeterie.

Des enjeux de protection des ressources

La transformation des déchets organiques en matériaux et molécules permet de les substituer à des ressources fossiles comme le pétrole et le gaz naturel, contribuant ainsi aux enjeux de protection des ressources, de développement d’énergies renouvelables et d’incorporation de biocarburants pour limiter l’impact sur le climat.

Par ailleurs, leur conversion en compost et autres produits d’amendements des sols permet de lutter contre l’appauvrissement et l’érosion des sols, et contre le changement climatique, en stockant du carbone sur le long terme.

Enfin, la production d’engrais organiques et de fertilisants alternatifs à partir de ces matières conduit à limiter la part des fertilisants pétrochimiques ou miniers.

Le BioRessourceLab a pour objectif d’améliorer les solutions et technologies de traitement existantes et d’explorer de nouvelles voies de valorisation des déchets organiques pour produire des bioénergies, des biocarburants, des biomatériaux, des fertilisants alternatifs, et des molécules pour la chimie verte.

Apporter des solutions innovantes pour produire de nouvelles ressources à l’échelle territoriale permettra de préserver l’environnement et d’accélérer la transition vers une économie circulaire vertueuse.

Un partenariat avec l'enseignement et la recherche

Ces nouvelles connaissances sur les déchets organiques valorisés en bioressources seront développées en partenariat avec des instituts académiques pour l’enseignement et la recherche, notamment avec l’INRAE (l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement) et son Laboratoire de Biotechnologies de l’Environnement localisé à Narbonne.

Des collaborations seront également engagées avec des start-ups et des fournisseurs technologiques pour le test et le développement de solutions innovantes.

Sous la direction de Marion Crest, et composée d’une quinzaine de collaborateurs, l'équipe du BioResourceLab pourra être amenée à se développer en fonction des projets menés.

Chercheurs, ingénieurs, techniciens et doctorants, spécialistes en microbiologie, en biotechnologie, en agronomie, en chimie, réaliseront des tests expérimentaux à différentes échelles, du laboratoire au pilote de plus grande ampleur et jusqu’aux sites industriels.

Le BioResourceLab partagera les connaissances acquises avec la communauté scientifique, institutionnelle et normative, et pourra dispenser des formations théoriques et opérationnelles, notamment en relation avec SupAgro Montpellier et les Universités de Montpellier et de Perpignan.